aus Partitur 'Vier Figuren'

Fantaisie

pour hautbois solo (1997)

Dès la première écoute de Fantaisie pour hautbois solo, on associera ce terme à la variété des sonorités obtenues, car la fantaisie avec laquelle des notes isolées sont transformées en sons polyphoniques ("multiphonics") scintillants, et ces sons eux-mêmes colorés par une variation de la pression des lèvres ou des effets de glissando, paraît illimitée. Noté sans barres de mesure, l’ouvrage s’inscrit en premier lieu dans la tradition de la fantaisie libre, mais le titre provisoire initial, "Fantaisie sur des paysages polonais", indique que, comme "Toccata sospesa", la composition va bien plus loin que le pastiche d’un genre historique. Bettina Skrzypczak s’explique:
"Parce que l’identité du peuple polonais a toujours été menacée, la langue et le langage artistique des polonais ont mis au point une sorte de métalangue. Je définirais ce phénomène comme quelque chose de métaphysique, situé hors de la réalité ; c’est un espace où l’on peut se réfugier, se sentir en sécurité et survivre, communiquer de manière différente. Les artistes se préoccupent encore aujourd’hui de ce thème (en littérature surtout). Pour moi aussi le paysage est plus qu’un simple tableau. Ce qui me fascine est l’enchantement qu’il y a là-derrière."

© René Karlen
(Extrait du texte pour le CD de Bettina Skrzypczak, parû en 2002 chez Musiques Suisses)

zurück/back